Brève histoire de l'arc

L'origine de l'arc se dilue dans le temps et dans l'espace. Son apparition n'est pas clairement datée dans la préhistoire. Son invention peut être considérée comme commune à plusieurs peuples, puisque sa trace est attestée depuis la plus haute antiquité chez des ethnies vivant sous des latitudes différentes et n'ayant aucune relation entre elles.
Il a été utilisé sur tous les continents, l'Australie exceptée, pour la chasse ou pour la guerre

Rama tirant à l'arc (Temple de Borobudur Java)

village asso

L'arc a tenu également une grande place dans toutes les mythologies, gréco-romaine notamment, mais aussi germanique,scandinave et asiatique,
le symbolisme vertueux qu'il a engendré a nourri nombre de cultures.

Peinture rupestre de la Cueva de los caballos Castellon

Peinture de los caballos

L'homme fut d'abord chasseur, à une époque où il ne pratiquait pas encore l'agriculture Pour atteindre de loin les animaux dont il tirait sa subsistance, le primitif, au-delà de sa vigueur, a dû trouver les instruments capables de lancer des projectiles avec force et précision. Le passage du propulseur à l'arc demeure un mystère et le hasard, accompagné de l'esprit d'observation de l'homme, n'y est certainement pas étranger. Grâce à des peintures rupestres situées dans la péninsule ibérique, on peut attester avec certitude de la présence de l'arc il y a 10 000 ans.

Dès lors que l'homme amorça sa sédentarisation, il protégea ses cultures des intrus, des vols des tribus voisines et des saccages des animaux. Cette situation, qui l'obligea à se défendre, a développé en lui le sentiment de propriété, et a transformé l'arc en arme de guerre. L'arc accompagne les origines du développement de l'homme, mais aussi et pour longtemps son histoire. Pendant des siècles, tant en Occident qu'en Orient, sur les continents africain, américain, asiatique et européen l'homme va avec lui chasser, se battre et conquérir.
Les arcs anciens peuvent se classer en deux grandes catégories : les arcs simples ou primitifs et les arcs composés orientaux
Leur principe de fonctionnement est le même, malgré la différence de forme et de construction.

Crazy Horse le vainqueur de Little Bighorn

Portrait de Crazy Horse

Les arcs simples (en bois) se retrouvent dans l'Egypte antique, sur les continents africain et américain, en Polynésie, en Malaisie, aux Philippines, et surtout dans le nord de l'Europe, où le grand arc en if (*) s'est rendu fameux pendant les guerres du moyen âge. Les chevaliers français l'ont chèrement éprouvé à Crécy et Azincourt.
Certaines tribus amerindiennes confectionnaient des arcs droits composites en corne et tendons sur une âme de bois. Si ces arcs n'étaient pas très puissants, ils donnaient en revanche aux Amérindiens la maîtrise exceptionnelle d'un tir rapide et précis qui permit, entre autres, au chef Crazy Horse et à ses Lakotas de défaire le général Custer et ses cavaliers lors de la bataille de Little Bighorn

* Bien que taillé dans un morceau de bois monobloc, cet arc avait des propriétés d'arc composite. Sa partie arrière était prise dans le coeur de l'arbre qui travaille bien en compression tandis que la partie avant était prise dans l'aubier qui, lui, travaille bien en extension.